Aleteia logoAleteia logoAleteia
Dimanche 19 mai |
Aleteia logo
Culture
separateurCreated with Sketch.

« Atala » de François René de Chateaubriand

CHATEAUBRIAND

Domaine Public

Marzena Devoud - publié le 03/08/20

Tourmentés et visionnaires, les poètes sont souvent les éclaireurs de Dieu, les « voyageurs ailés », comme l’écrivait Charles Baudelaire. Pour atteindre parfois des sommets de poésie qui inspirent et qui rapprochent de Dieu. Comme cet extrait d'"Atala" de François René de Chateaubriand. 

Réjouissez-vous ! L’article que vous allez lire est entièrement gratuit. Pour qu’il le demeure et soit accessible au plus grand nombre, soutenez Aleteia !

Je fais un don*

*avec réduction fiscale

« Je veux être Chateaubriand ou rien ». Ces quelques mots griffés sur un pupitre d’écolier représentent sans doute l’hommage le plus simple rendu à l’un des plus grands écrivains de la littérature française par un autre géant des lettres : Victor Hugo. Né à Saint-Malo une nuit de tempête, François René de Chateaubriand repose face à la mer, sur un rocher avancé de la presqu’île du Grand Bé. Mort à l’âge de 80 ans, le 4 juillet 1848, l’écrivain vit entre deux siècles en épousant les tourments d’une histoire de France emballée. Engagé en politique, il fascine Napoléon. Mais c’est son écriture qui laisse une immense empreinte et va engendrer l’essor formidable de la littérature du XIXe siècle en France et dans le monde.


CHATEAUBRIAND

Lire aussi :
Chateaubriand, pour la gloire des lettres et du Christ

Si ses œuvres majeures sont ses Mémoires d’Outre-Tombe et son Génie du Christianisme, ses premiers grands succès manifestent sa foi chrétienne dont Atala, roman poétique écrit dans le désert lors de son voyage en Amérique qui fait un éloge du christianisme à travers les péripéties d’un indien Chactas, converti par Atala, une jeune indienne d’éducation chrétienne. En voici un extrait :

« Jésus-Christ n’a pas dit : Mon sang lavera celui-ci, et non celui-là. Il est mort pour le Juif et le Gentil, et il n’a vu dans tous les hommes que des frères et des infortunés. Ce que je fais ici pour vous, est fort peu de chose, et vous trouveriez ailleurs bien d’autres secours ; mais la gloire n’en doit point retomber sur les prêtres. Que sommes-nous, faibles Solitaires, sinon de grossiers instruments d’une œuvre céleste ? Eh ! quel serait le soldat assez lâche pour reculer, lorsque son chef, la croix à la main, et le front couronné d’épines, marche devant lui au secours des hommes ? » Atala (1801)François-René de Chateaubriand (1768-1848)

Joachim du Bellay

Lire aussi :
« La Lyre chrétienne » de Joachim du Bellay


Pierre Corneille

Lire aussi :
« L’Imitation de Jésus-Christ » de Pierre Corneille




Lire aussi :
Les « Cantiques spirituels » de Jean Racine


Alphonse de Lamartine

Lire aussi :
« Le Crucifix » d’Alphonse de Lamartine


Marceline Desbordes-Valmore

Lire aussi :
« Le bouquet sous la croix » de Marceline Desbordes-Valmore




Lire aussi :
« La Route de Chartres » de Charles Péguy


PAUL CLAUDEL

Lire aussi :
« La Vierge à midi » de Paul Claudel

Tags:
DieuFoipoesie
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.
Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement